Haitian Patriotic Songs

This page offers 3 Haitian Patriotic songs as well as the beautiful text of "Rasanbleman" sung by Toto Bissainthe.

Back to Top

La Dessalinienne
"La Dessalinienne" was written in 1904 (our  100th. Anniversary as an independent State) by Justin Lhérisson (music by Nicolas Geffrard). Haitians who have been to school are more likely to know the first and last stanzas. The others (especially the fourth one) are rarely sung.

Listen to the tune

I
Pour le Pays, 
Pour les Ancêtres
Marchons unis,
Dans nos rangs point de traîtres!
Du sol soyons seuls maîtres
Marchons unis,
Pour le Pays,
Pour les Ancêtres

II
Pour les Aïeux,
Pour la Patrie
Bêchons joyeux,
Quand le champ fructifie
L'âme se fortifie
Bêchons joyeux,
Pour les Aïeux,
Pour la Patrie

III
Pour le Pays
Et pour nos Pères
Formons des fils
Libres, forts et prospères
Toujours nous serons frères
Formons des fils,
Pour le Pays
Et pour nos Pères
IV
Pour les Aïeux,
Pour la Patrie
O Dieu des Preux!
Sous ta garde infinie
Prends nos droits, notre vie
O Dieu des Preux,
Pour les Aïeux,
Pour la Patrie

V
Pour le Drapeau,
Pour la Patrie
Mourir est beau,
Notre passé nous crie:
Ayez l'âme aguerrie
Mourir est beau!
Pour le Drapeau,
Pour la Patrie

Back to Top

Ladesalinyèn
This Haitian Creole version of our National Anthem is an adaptation by Raymond A. Moise. The Haitian singer Ansy Dérose helped it become popular and widely accepted. The1987 Haitian Constitution states that the National Anthem is "La Dessalinienne" but makes no mention of that particular version.

Listen to the tune

I
Pou Ayiti
Peyi Zansèt yo
Se pou n mache
Men nan lamen
Nan mitan n pa fèt pou gen trèt
Nou fèt pou n sèl mèt tèt nou.
Annou mache men nan lamen
Pou Ayiti ka vin pi bèl
Annou, annou met tèt ansanm
Pou Ayiti onon tout zansèt yo.

II
Pou Ayiti
Onon Zansèt yo
Se pou n sekle
Se pou n plante
Se nan tè tout fòs nou chita
Se li k ba nou manje
Ann bite tè, ann voye wou
Ak kè kontan, fòk tè a bay
Sekle, wouze, fanm kou gason
Pou n rive viv ak sèl fòs ponyèt nou.

III
Pou Ayiti
Ak pou Zansèt yo
Fò nou kapab
Vanyan gason
Moun pa fèt pou ret ak moun
Se sa k fè tout manman ak tout papa
Dwe pou voye timoun lekòl
Pou yo aprann, pou yo konnen
Sa Tousen, Desalin, Kristòf, Petyon
Te fè pou wet Ayisyen anba kòd blan.
IV
Pou Ayiti
Onon Zansèt yo
Ann leve tèt
Nou gad anlè
Pou tout moun mande Granmèt la
Pou l ba nou pwoteksyon
Pou move zanj pa detounen n
Pou n ka mache nan bon chimen
Pou libète ka libète
Fòk lajistis blayi sou peyi a!

V
Nou gen drapo
Tankou tout pèp
Se pou n renmen l
Mouri pou li
Se pa kado blan te fè nou
Se san Zansèt nou yo ki te koule
Pou nou kenbe drapo nou wo
Se pou n travay met tèt ansanm
Pou lòt peyi ka respekte l
Drapo sila a se nanm tout Ayisyen.

Back to Top

Fière Haiti
"Fière Haiti" is probably the most beautiful of our patriotic songs. The text was written by Edouard A. Tardieu for a contest organized in 1937 by the Education Department. The music was composed by Desaix Baptiste. It was sung for the first time at the Flag Day parade in 1938. It has become a tradition to sing this poem every year on the May-18 parade.

Listen to the tune

Chorus
C'est nous jeunesse étudiante,
C'est nous les grands, nous les petits,
Demain la gloire d'Haïti
Les coeurs joyeux, l'âme fervente,
Toujours en avant nous irons,
La tête altière et hauts les fronts.


I
Nous te voulons chère patrie,
Puissante et forte, à tous les yeux,
Nous te voulons terre bénie,
Digne à jamais de nos aïeux
Libre et prospère ils t'ont léguée
A leurs enfants, nous qui t'aimons
Avec ardeur dans la mêlée,
Pour ton salut nous lutterons

II.
En avant tous, et d'un pied ferme,
Car nous voulons faire sentir
Que par dessous notre épiderme,
Coule un sang pur, prêt à jaillir
Pour te laver, pour te défendre
De toute injure à ton renom,
A tous ceux-là qui veulent tendre
A te salir on dira non!

III.
Allons debout fière jeunesse
Pour protéger notre drapeau
Il nous faudra lutter sans cesse
Notre idéal il est bien beau,
N'ayons pas peur, pleins d'espérance
Marchons toujours vers l'avenir,
Marchons toujours avec constance,
Si nous voulons ne point faiblir.
IV
Oui, pour l'honneur de notre race
Il nous en faut des hommes forts
Tous de l'élite ou de la masse,
Unissons-nous dans cet effort,
Pour rénover notre Patrie,
Que tes enfants soient vigoureux
Belle Haïti, mère chérie,
Toujours vaillants comme nos preux!

V
Déployons-là notre bannière
Qu'elle rayonne à tout jamais,
Dans la clarté, dans la lumière
D'une Haïti croissant en paix...
Et s'il nous faut faire la guerre,
Sans crainte, sans peur, sans lâcheté
Nous irons tous comme à Vertières
Combattre pour la liberté

Final Chorus
Nous sommes la race vaillante
Nous sommes les fils des titans
D'Haïti les fiers conquérants,
Nourris de leur gloire éclatante,
Toujours en avant nous irons,
La tête altière et hauts les fronts.

Back to Top

Chant National
This poem, "Chant National" (National Song), written by Haitian poet Oswald Durand (1840-1906) can be sung to the tune of the Presidential Hymn composed by Occide Jeanty. It is known by most Haitians as the Presidential Anthem

Listen to the tune
I
Quand nos aïeux brisèrent leurs entraves,
Ce n’était pas pour se croiser les bras
Pour travailler en maîtres, les esclaves
Ont embrassé, corps à corps, le trépas,
Leur sang, à flots, engraissa nos collines.
A notre tour, jaunes et noirs, allons!
Creusons le sol légué par Dessalines:
Notre fortune est là, dans nos vallons,

Chorus
L’indépendance est éphémère
Sans le droit à l’égalité!
Pour fouler, heureux, cette terre,
Il nous faut la devise austère:
“Dieu! Le travail! La liberté!”


II
De Rochambeau les cohortes altières,
Quelques instants, suspendirent leur feu,
Pour saluer le héros de Vertières,
Capois-La-Mort, grand comme un demi-dieu
Vers le progrès, crions comme ce brave:
“Noirs! En avant! En avant!” Et bêchons
Le sol trempé des sueurs de l’esclave!
Nous avons là ce qu’ailleurs nous cherchons!

Chorus
Sans quoi, tout devient éphémère;
Pas d’ordre et pas d’égalité!
Pour fouler, heureux, cette terre,
Il nous faut la devise austère:
“Dieu! Le travail! La liberté!”

II
Sang des martyrs dont la pourpre écumante
A secoué nos chaînes et nos jougs!
Chavanne, Ogé, sur la route infamante,
Toi, vieux Toussaint, dans ton cachot de Joux
O précurseurs, dont les dernières fibres
Ont dû frémir, - vous les porte-flambeaux -
En nous voyant maintenant fiers et libres,
Conseillez-nous du fond de vos tombeaux!

Chorus

Votre bonheur est éphémère;
Ayez droit à l’égalité!
Pour fouler, heureux, cette terre,
Il vous faut la devise austère:
“Dieu! Le travail! La liberté!”


IV
A l’oeuvre donc, descendants de l’Afrique,
Jaunes et noirs, fils du même berceau!
L’antique Europe et la jeune Amérique
Nous voient de loin tenter le rude assaut.
Bêchons le sol qu’en l’an mil huit cent quatre,
Nous ont conquis nos aïeux au bras fort.
C’est notre tour à présent de combattre
Avec ce cri: “Le progrès ou la mort!”

Chorus
A l’oeuvre! Ou tout est éphémère!
Ayons droit à l’égalité!
Nous foulerons, plus fiers, la terre,
Avec cette devise austère:
“Dieu! Le travail! La liberté!”

Back to Top

Rasanbleman
Listen to the tune
M'pral fè oun rasanbleman
Pou'm konnen sa ki rive fanmi lan
Anye-ooo

Adye vye frè-m' yo
Nou tonbe nan oun deblozay
Yon tèt chaje
Ki mare, ki makonnen
Pawol sila-a trò fò pou mwen-ooo
Anye-ooo

Nan mitan nwit sa la mwen wè yo
Nan mitan nwit sa la mwen wè yo-o

Pa kriye ti manman
Pa kriye
Sonje tè d'Ayiti
Sa-l' te ye
Se manman libète
Si-l' tonbe, la leve

Back to Top